L'ILE DE SYCHA
Un petit coucou spécial à ceux qui passent par curiosité sans s’inscrire. Le forum compte plusieurs sections. Pour pouvoir discuter avec nous, il faut être inscrit !!

Vous aimez Star Académie et bien venez nous rejoindre et vous amuser à parler des candidats avec nous.

L'ILE DE SYCHA


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trop rondes les mamans?

Aller en bas 
AuteurMessage
Sycha
Admin
avatar


MessageSujet: Trop rondes les mamans?   Lun 19 Jan - 7:05

Trop rondes les mamans?
Grossesse
Parents : Documentation : Grossesse : Trop rondes les mamans?
Céline Trempe

Saviez-vous qu’il n’existe actuellement aucun consensus médical sur la prise de poids appropriée pendant une grossesse? Les seules recommandations sont généralement basées sur des grossesses normales, que l’on évalue comme étant un accouchement à terme par voie naturelle d'un enfant vivant de poids normal, sans complications prénatales. Au Québec, la prise de poids recommandée lors d’une grossesse varie entre 12 et 16 kilos (25 à 35 livres), tandis qu’en France, la réalité est tout autre: la prise de poids moyenne recommandée est de 9 à 12 kilos (20 à 26,4 livres), ce qui représente tout de même 4 kilos (environ 8 livres) de moins pour le même indice de masse corporelle et pour la même stature. Une étude suédoise [i] va encore plus loin, recommandant une prise de poids variant entre 2 et 10 kilos (4,4 et 22 livres) soit 6 kilos (13 livres) de moins qu’au Québec.


Des chercheurs de l'Hôpital universitaire Karolinska de Stockholm ont étudié la prise de poids de 2342 femmes enceintes et ils les ont ensuite suivies pendant 15 ans. Cette étude suédoise a été présentée le 28 mai 2004 au Congrès européen sur l'obésité. La prise de poids moyenne des femmes pendant la grossesse est de 12 kg et la majorité d'entre elles retrouvent leur taille après l’accouchement. Les femmes dont la prise de poids pendant la grossesse excédait 16 kg sont à risque de devenir obèses et de conserver un poids supérieur à la normale par la suite. Selon leurs observations, les femmes qui avaient pris 16 kg pendant la grossesse pesaient, un an après l'accouchement, environ 1,3 kg de plus qu'au début de leur grossesse. En revanche, celles dont la prise de poids avait été supérieure avaient conservé un surplus de 5,5 kg au bout d'un an et elles pesaient 17 kg de plus après 15 ans. Les chercheurs ont constaté que l'allaitement n'avait pas d'effet sur la prise de poids. De plus, ils ont noté que le gain de poids est cumulatif avec chaque nouvelle grossesse, la prise de poids étant la plus prononcée entre la cinquième et la sixième grossesse. Les femmes qui étaient corpulentes ou obèses avant la grossesse ont maintenu leur gain de poids.

Pour l’Association des obstétriciens et gynécologues du Québec, les recommandations sur la prise de poids normal durant une grossesse sont moins drastiques que celles de l’étude suédoise. Cependant, un gain de poids excessif durant la grossesse peut notamment causer des difficultés à revenir au poids initial à moyen ou à long terme.

Recommandations du Dr Mari Cedergren de l'université de Linkoping [ii] IMC
4 à 10 kg (8,8 à 22 livres) IMC initial inférieur à 20 kg/m2
2 à 10 kg (4,4 à 22 livres) IMC entre 20 et 24,9 kg/m2
9 kg (19,8 livres) IMC entre 25 et 29,9 kg/m2
6 kg (13,2 livres) IMC de 30 kg/m2 ou plus



Recommandations de l’Association des obstétriciens et gynécologues du Québec IMC
13 à 18 kg (28,6 à 39,6 livres) IMC inférieur à 20 kg/m2
12 à 16 kg (25 à 35 livres) IMC entre 20 et 24,9 kg/m2
8 à 12 kg (17,6 à 26,4 livres) IMC entre 25 et 29,9 kg/m2
7 kg (15,4 livres) IMC de 30 kg/m2 ou plus
16 à 20,5 kg (35,2 à 45 livres) Grossesse gémellaire



La prise de poids pendant la grossesse
Les hormones liées à la grossesse entraînent une hausse de l’appétit. C’est souvent la raison pour laquelle l’augmentation excessive de la ration alimentaire passe inaperçue. La surveillance de la prise de poids pendant la grossesse devient primordiale parce que la mesure du poids permet de maintenir l’équilibre par un régime alimentaire adapté aux besoins de la grossesse. Dans le cas d’une grossesse gémellaire, la stimulation hormonale est plus forte et l’appétit est davantage stimulé, comme le sont aussi les différents métabolismes. La surveillance de l’alimentation et de la prise de poids est donc d’autant plus importante.

La prise de poids est faible lors du premier trimestre, et elle s’accentue avec l’avancée de la grossesse. Comme bébé passe du stade d'embryon à celui de fœtus, cela demande un minimum d'énergie. Vos besoins énergétiques n’augmentent pas au cours des trois premiers mois.

Au début du deuxième trimestre, la prise de poids peut être de 4 kilos et s’amorce véritablement, plus ou moins rapidement, parce que la croissance du bébé va bon train. Les nausées disparaissent et vous retrouvez votre appétit. Ce n’est pas le moment de manger plus, mais de manger mieux! Vos besoins en énergie augmentent de 340 calories de plus par jour. À la fin du deuxième trimestre, la prise de poids est plus importante et peut atteindre environ 12 kilos au moment de l'accouchement. Ces kilos constituent d’ailleurs les réserves dans lesquelles vous puiserez au moment de l’allaitement.

Au cours de la grossesse, principalement au troisième trimestre, nous mobilisons les réserves stockées dans notre tissu graisseux pour soutenir la croissance du fœtus qui grandit à une vitesse folle. Au septième mois, il pèse environ deux livres et demi pour atteindre sept à huit livres à la naissance. Vos besoins en énergie sont de 450 calories de plus par jour qu’au début de votre grossesse. La prise de poids doit être régulière pour augmenter progressivement jusqu'à l'arrivée du bébé.

Le poids se répartit généralement comme suit:
Bébé moyen: 3.4 kg (7 ½ lb)
Placenta: 0,650 g (1,5 lb)
Liquide amniotique: .800 g (1 ¾ lb)
Utérus: 1 kg (2 livres)
Seins: .405 g (1 lb)
Sang: 1,450 kg (3 ¼ lb)
Réserves de gras: 3,3 kg (5 à 10 livres)
Liquides extravasculaires: 1,480 g (3 ¼ lb)
Prise de poids moyenne totale de la maman: 12,5 kilos (27,5 livres)

Quoi manger?
Selon les recommandations du Guide alimentaire canadien, pour manger sainement, une femme enceinte doit consommer en fonction de ses besoins en énergie et de son degré d’activité physique. La grossesse entraîne cependant une augmentation des besoins en calcium, en vitamine D, en fer et en acide folique. Les produits laitiers fournissent du calcium et de la vitamine D. Vous ne devez donc pas manger deux fois plus, mais deux fois mieux. Le fer dont vous avez besoin est fourni par la viande, la volaille, le poisson, les œufs, les produits céréaliers à grains entiers et les légumes vert foncé. Les fruits et les légumes sont une source précieuse de vitamines et de minéraux, dont l’acide folique, doivent prendre aussi une grande place dans votre alimentation. Privilégiez surtout les fruits riches en vitamine C (fruits citrins, fraises, kiwis, poivrons, etc.) et en bêta-carotène (mangue, courges, pêches, patates sucrées, carottes, etc.), et incluez des légumes vert foncé à votre menu plusieurs fois par semaine.

Les risques associés au surpoids
Selon un rapport de la revue The Lancet du 30 septembre 2006, une modification de l’indice de masse corporelle égale ou supérieure à 3 unités entre deux grossesses augmenterait le risque d’hypertension ou de diabète durant la gestation, de bébés mort-nés ou d’autres complications obstétricales. L’étude conclut à encourager la perte de poids avant les grossesses notamment pour les femmes dont l’IMC serait supérieur à 25 et à limiter la prise de poids entre les grossesses dans un intervalle de deux ans.

Il y a un lien entre surpoids maternel, risque de diabète gestationnel et risque d’hypertension artérielle en cours de grossesse. Certaines études mettent en évidence le nombre d'hospitalisations, le taux de césarienne et la corpulence maternelle.

Le Dr Naomi Stotland de l'université de Californie à San Francisco et ses collègues ont analysé rétrospectivement une cohorte de 20 465 nouveau-nés issus de grossesses simples, non diabétiques et menées à terme. Chez les femmes d'indice de masse corporelle normal, la prise de poids conseillée pendant la grossesse était de 11,5 à 16 kg, soit environ les mêmes standards qu’au Canada.

Les auteurs ont observé qu'une prise de poids supérieure à celle recommandée par l’Institut américain de médecine était associée chez le nouveau-né à un risque augmenté de 33% de faibles scores d'Apgar [iii]à cinq minutes, un risque multiplié par 6,50 de convulsions, un risque augmenté de 52% d'hypoglycémie, un risque augmenté de 44% de polyglobulie [iv], un risque augmenté de 79% de syndrome d'aspiration du méconium [v] et un risque doublé de bébé gros par rapport à l'âge gestationnel.

En revanche, une prise de poids inférieure à celle recommandée n'était associée qu'à un risque augmenté de 66% de bébé petit pour l'âge gestationnel et, à l'inverse, à un risque réduit de 34% de passage en réanimation néonatale.

Une importante étude suédoise [vi] a analysé l’influence du poids sur l’issue de la grossesse. Selon cette étude, l’existence d’une obésité augmentait le risque de naissance d’un enfant mort-né, tandis que la minceur était associée à une diminution de la mortalité néonatale. Pour les femmes menant à terme leur première grossesse, le surpoids, même modéré, était associé à un risque plus élevé (multiplié par 2) d’enfant mort-né. Le risque de grande prématurité était également augmenté chez les femmes obèses mettant au monde leur premier enfant. Les femmes minces avaient, en revanche, plus de risque que les obèses d’avoir un enfant de faible poids de naissance.

Mieux vaut pour une femme enceinte être mince qu’obèse. Toutes les études confirment que l’obésité est un élément défavorable, tant pour la mère que pour l’enfant. Si vous êtes en surpoids, il est préférable de maigrir avant de commencer une grossesse. Une maigreur constitutionnelle, liée à votre morphologie et non à des restrictions alimentaires, n’entraîne pas de risques notables pour la grossesse, à moins qu’il ne s’agisse de problèmes de malnutrition.


--------------------------------------------------------------------------------

[i] New England Journal of Medicine, 1998;338: 147-152

[ii] Le Dr Mari Cedergren a analysé 298 648 grossesses simples en Suède ayant abouti à un accouchement entre janvier 1994 et décembre 2004, démontrant qu’avec un poids gestationnel est plus faible que ce qu’il était auparavant recommandé, moins il y a de risque d’issue obstétricale ou néonatale délétère.

[iii]Le test d’Apgar (du nom d’une anesthésiste américaine, Virginia Apgar) mesure la fréquence cardiaque, la respiration, le tonus, la réactivité et la coloration du bébé, à quelques minutes d’intervalle. Un bébé en parfaite condition obtient une note avoisinant le score de 10 sous toutes les rubriques.

[iv] Anomalie de la production des globules rouges

[v] Le risque consiste en l’inhalation du méconium par le foetus, pouvant conduire à une détresse respiratoire, le méconium étant susceptible d’obstruer les voies aériennes et d’entraîner des lésions pulmonaires.

[vi] New England Journal of Medicine, 1998;338: 147-152

Source: http://www.petitmonde.com/Doc/Article/Trop_rondes_les_mamans

_________________
Tomber est humain, se relever est divin
Revenir en haut Aller en bas
http://lfod.1fr1.net
 
Trop rondes les mamans?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plainte d'une association de femmes rondes contre Karl Lagerfeld
» La vie est trop courte pour lire de mauvais livres
» A TROP AIMER
» [Soucy, Gaétan] La petite fille qui aimait trop les allumettes
» [INFO] Flash (trop fort)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ILE DE SYCHA :: LA VIE AU JOUR LE JOUR :: LA VIE AU JOUR LE JOUR :: Maternité-
Sauter vers: